Press Room

Ronaldo, Veron, les joueurs francais... (French)

12/02/2007
Back to Press Releases

Michael Wiesenfeld, en tant qu’agent sportif travaillant sur le sol américain, que vous inspire l’arrivée de Ruud Gullit à la tête des Los Angeles Galaxy, quelques mois après celle de Beckham ?
La venue de Gullit va se révéler plus bénéfique pour l’image du football aux Etats-Unis que celle de Beckham. Je m’explique. Elle montre notamment que les USA veulent hausser le niveau de jeu. Quelqu’un comme Gullit va apporter davantage de crédit à la Major League Soccer sur le plan national et international, quand la venue de Beckham s’apparente plus à une retraite dorée. A mon avis, Gullit va entraîner d’autres arrivées. On parle également de Fabio Capello chez les New York Red Bulls. D’ici cinq ans, la MLS présentera une ligue du même niveau que le championnat belge ou néerlandais.

Pourquoi n’entend-on parler que des Los Angeles Galaxy et pas des autres franchises ?
Un groupe important, AEG, dirige ce club. Il espère un retour sur investissement rapide. Il lui faut donc des stars, un vrai entraîneur. Les coaches américains n’ont pas forcément la carrure pour gérer des stars comme Beckham, Abel Xavier, Donovan ou Cobi Jones. Dans une ville débordant de tentations comme Los Angeles, il faut un entraîneur qui puisse canaliser tout le monde.

Les autres clubs américains sont-ils tentés de suivre l’exemple des Galaxy ?
A New York, on parle de Capello, donc, mais aussi de Luis Fernandez. Pour le reste, ça va venir. Il existe deux catégories d’investisseurs. Ceux qui considèrent qu’ils ont englouti suffisamment d’argent et ceux qui sont prêts à investir encore beaucoup.

« Des noms ronflants du foot français sont intéressés »

Quelles sont les prochaines stars qui pourraient débarquer en MLS ?
L’Argentin Veron est en négociation avancée avec Washington. Cela devrait aller très vite. On parle depuis très longtemps de la venue de Ronaldo. Les Red Bulls ont déjà émis une très grosse offre pour le Brésilien du Milan AC. Elle se chiffre en centaines de millions de dollars. Après la Coupe du monde 2010, je vois bien des joueurs comme Thierry Henry ou Ronaldinho tenter l’aventure. Les clubs ont les moyens de s’offrir des joueurs. Vous savez, tous les propriétaires de la MLS ont des fortunes similaires ou supérieures à celle de Roman Abramovich.

Les Français peuvent-ils profiter de ce nouveau marché ?
La semaine prochaine, Sébastien Grégori va effectuer un essai aux Los Angeles Galaxy. Steve Marlet, aussi sans club, aimerait bien venir. Et il y a l’ancien Marseillais Pierre Issa. Ils ne sont pas les seuls. Des noms ronflants du foot français sont également intéressés.

« L’USL, une vraie opportunité »

Le problème, c’est que les possibilités semblent restreintes, puisque la MLS ne compte que quatorze clubs…
Détrompez-vous. Il existe aussi l’USL (United Soccer League). Cette division dépend de la fédération américaine. Elle possède moins de moyens que la MLS qui est privée. L’intérêt de l’USL, c’est qu’un joueur qui a du mal en Ligue 2 ou en National peut s’en servir de tremplin. Les Américains préfèrent généralement engager quelqu’un qui a fait ses preuves chez eux. Ainsi, un joueur français peut tout de suite se faire remarquer par les recruteurs de la MLS.

Avez-vous des exemples en tête ?
C’est ce qui arrive à Sébastien Le Toux. Passé par Lorient et Rennes, il a terminé meilleur joueur, meilleur buteur et champion d’USL avec Seattle. La saison prochaine, il évoluera en MLS. Et puis, en USL, les salaires les plus bas sont plus élevés qu’en MLS. Il existe une vraie opportunité. Si des joueurs veulent faire des essais, ils se déroulent entre les mois de janvier et mars. Les joueurs intéressés peuvent se rendre sur mon site www.europeanfootballgroup.com.

« Ronaldo, Veron, les joueurs français… »